Un rapport de l’ACLU démontre que les immigrants sont effrayés par la politique répressive de Donald Trump, ce qui entraîne des difficultés concernant la poursuite des crimes.

Un rapport de l’ACLU démontre que les immigrants sont effrayés par la politique répressive de Donald Trump, ce qui entraîne des difficultés concernant la poursuite des crimes.

Selon ce rapport, la crainte que ressent la communauté des immigrants ne fait qu’accroître sous l’administration Trump. Certaines violences domestiques et agressions sexuelles ne sont pas déclarées, il est pratiquement impossible d’enquêter sur ces cas. Selon le rapport, cette crainte concernant l’immigration ou l’expulsion est très importante, à tel point que certains refusent d’entrer dans les palais de justice.

Selon un des derniers rapports de l’American Civil Liberties Union, sous la présidence de Donald Trump, certains crimes, comme la violence domestique, sont devenus plus difficiles à poursuivre en raison des craintes accrues des immigrants.

Toujours selon ce rapport, les immigrants craignent les « conséquences de l’immigration », y compris la possibilité d’être expulsés, de sorte qu’ils n’aident pas la police. De plus, certains immigrants qui sont victimes d’actes criminels restent loin des palais de justice où ils pourraient témoigner parce qu’ils craignent d’être arrêtés par les autorités de l’immigration.

Les résultats sont basés sur les réponses de 232 agents des forces de l’ordre dans 24 États ainsi que sur des centaines d’autres dans les 50 États, y compris les juges, les procureurs, les avocats des survivants et les services juridiques.

Le rapport de l’ACLU indique que « Les procureurs interrogés ont déclaré qu’au cours des années précédentes, à mesure que la coopération entre les procureurs et les communautés d’immigrants s’est accrue, les rescapés étaient de plus en plus disposés à se présenter et à aider les organismes d’application de la loi dans les poursuites. Cependant, au cours de la dernière année, de nombreux types de crimes sont devenus plus difficiles à poursuivre en raison de l’augmentation de la crainte des conséquences de l’immigration.

L’étude de l’ACLU a révélé que 82 % des procureurs ont rapporté que « la violence domestique est maintenant sous-déclarée et plus difficile à enquêter et/ou à poursuivre » depuis que le président Donald Trump est entré en fonction. De même, 70 % des procureurs ont déclaré que la même chose était vraie pour les agressions sexuelles, et 55 % ont indiqué « les mêmes difficultés pour le trafic d’êtres humains et 48 % pour la maltraitance des enfants« .

Le ministère de la Justice des États-Unis a refusé de commenter cette histoire.

Le rapport Freezing Out Justice : How Immigration Arrests at Courtthouses Are Undermining the Justice System  a constaté que 67 % des policiers interrogés ont déclaré que la crainte des immigrants affectait leur capacité à protéger les victimes d’actes criminels. 64 % ont indiqué qu’il y a eu « un impact négatif sur la sécurité des agents« .

Les crimes peuvent s’aggraver

L’administration Trump poursuit l’État au sujet de la législation, qui interdit aux agents d’application de la loi de l’État et des autorités locales de poser des questions sur le statut d’immigration des personnes dans le cadre de contrôle de routine ou de participer à des mesures d’application de la loi fédérale.

Selon l’ACLU, environ un policier sur cinq qui a participé à l’enquête a indiqué que «  les immigrants étaient moins susceptibles en 2017 qu’en 2016 d’être disposés à faire des rapports de police « . Un nombre similaire de policiers a également déclaré que les immigrants qui étaient victimes de crimes ne souhaitaient pas participer aux enquêtes sur les lieux du crime à l’arrivée de la police.

« Depuis des années, de nombreux chefs de police craignent que les immigrants n’aient peur de signaler des crimes s’ils considèrent la police locale comme des agents d’immigration de facto « , a déclaré le directeur exécutif du Police Executive Research Forum, une organisation nationale de cadres policiers. « Quand les membres de la communauté ont peur d’appeler la police, les crimes peuvent s’aggraver. »

Le directeur exécutif, dont le groupe n’était pas directement impliqué dans l’étude de l’ACLU, a ajouté :  » Un cas de violence domestique non signalé aujourd’hui pourrait devenir l’homicide de demain. Dans certaines villes, la police a constaté une diminution du nombre de crimes signalés dans les communautés d’immigrants, de sorte qu’elle redouble d’efforts pour rejoindre ces groupes, en insistant sur l’importance du signalement des crimes et de la traduction des contrevenants en justice.

La peur au palais de justice

Le rapport mentionne également la crainte des victimes immigrées d’aller devant les tribunaux. Il a indiqué que 54 % des juges qui ont participé à l’enquête ont révélé qu’il y avait des affaires dans les salles d’audience qui avaient été interrompues parce que les immigrants évitaient le tribunal.

« Les arrestations au palais de justice menacent les droits constitutionnels des immigrants et rendent nos communautés moins en sécurité », a déclaré Sarah Mehta, chercheuse sur les droits humains à l’ACLU et auteure du rapport, qui a été réalisé conjointement avec le National Immigrant Women’s Advocacy Project. « Quand les membres de notre communauté ont peur d’appeler à l’aide, d’aller au tribunal et de signaler des crimes à la police, la sécurité publique en souffre. »

Le rapport de l’ACLU affirme que depuis l’arrivée au pouvoir du président Donald Trump, la présence de l’Immigration et des douanes américaines s’est considérablement accrue. Le rapport indique également que la police locale peut être confondue avec les agents de l’ICE qui sont en civil dans certains palais de justice, ce qui empêche les gens de pouvoir identifier correctement les agents de l’immigration.

Le rapport cite également des incidents spécifiques, y compris le cas de 13 femmes à Denver qui n’ont pas porté plainte pour violence domestique après la publication d’une cassette vidéo montrant l’”ICE attendant dans le couloir d’un tribunal pour procéder à une arrestation ». L’ACLU a également ajouté que l’ICE a procédé à l’arrestation, dans le comté d’El Paso, au Texas, d’une transsexuelle sans papiers alors qu’elle cherchait à obtenir une ordonnance de protection contre son petit ami violent.

En réponse, un représentant de l’ICE, qui a préféré garder l’anonymat, a déclaré que l’agence «  reconnaît l’importance pour les victimes et les témoins d’actes criminels de se présenter. Et qu’elle travaille en étroite collaboration avec les organismes d’application de la loi des États et des collectivités locales afin que les ressortissants étrangers victimes de violence familiale, d’agression sexuelle et de trafic d’être humain soient informés de l’existance de visas spéciaux leur permettant de rester aux États-Unis.

Le représentant de l’ICE a également déclaré qu’il prenait en compte lors de l’examen si la personne  » est la victime immédiate ou le témoin d’un crime important  » dans la façon de procéder dans les affaires.

« La conclusion selon laquelle l’exécution de la mission de l’agence porte atteinte à la sécurité publique est imprudente et inexacte « , a ajouté le représentant de l’ICE. « L’ICE et tous les organismes d’application de la loi ont pour objectif premier de protéger le public en combattant le crime.« 

Partager cet article

45 thoughts on “Un rapport de l’ACLU démontre que les immigrants sont effrayés par la politique répressive de Donald Trump, ce qui entraîne des difficultés concernant la poursuite des crimes.

Comments are closed.